Historique

Historique

En 1977 : la Mission Historique Française en Allemagne MHFA

La Mission Historique Française en Allemagne (MHFA), installée à Göttingen en 1977, a longtemps fait figure de premier et unique centre scientifique français dédié aux sciences historiques et sociales en Allemagne. Les concepteurs du projet, pour l’essentiel des historiens, avaient dès les années 1950 imaginé un pendant exact à l’institut historique allemand établi à Paris en 1958, hésitant sur la forme institutionnelle la plus adéquate (il fut question pendant un temps d’une École française à l’image de celles de Rome et d’Athènes), sur l’institution de rattachement (tantôt à un Ministère, tantôt à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) mais aussi sur le lieu d’implantation (Munich, Bonn, Sarrebruck, Cologne ont été tour à tour envisagées). Le changement de République en France en 1958, le contexte financier défavorable des années suivantes, la priorité accordée à partir de 1963 aux échanges scolaires et le fait que la France ait jusque-là toujours été représentée en Allemagne par des instituts culturels classiques et non des instituts scientifiques ont contribué à retarder la concrétisation du projet.

L’idée resurgit en 1974 sous la forme de l’insertion de ce centre de recherche dans un institut culturel mais prend véritablement forme en 1977 à l’initiative de son fondateur et premier directeur, Robert Mandrou, qui fait le choix d’une immersion légère et adossée au Ministère français des Affaires Etrangères au sein d’un grand institut de recherche historique allemand, l’Institut Max-Planck d’histoire de Göttingen, fondé pour sa part en 1956. Ce choix n’était pas celui d’une ville proche de la frontière française ou bien située dans une région d’occupation française jusqu’en 1989, ni même d’une région francophone. En revanche, à côté de l’Institut Max-Planck, la bibliothèque et l’université de la ville offraient des conditions de travail et des contacts très précieux.

Après des débuts difficiles et modestes, la MHFA a atteint dès le milieu des années 1980 une taille qui lui permet de développer un programme scientifique susceptible d’animer les échanges scientifiques franco-allemands en histoire et en sciences sociales. Elle a vu se succéder à sa tête des universitaires spécialistes de l’histoire allemande, Etienne François, Michel Parisse, Gérald Chaix, Patrice Veit, Pierre Monnet, Christophe Duhamelle, Thomas Lienhard, qui ont su former à leur tour et par le biais des programmes de bourses et de mobilité financés par la MHFA, toute une génération d’enseignants et de chercheurs qui portent aujourd’hui le dialogue scientifique franco-allemand en sciences historiques et sociales. Au début des années 2000, elle compte un directeur et un chercheur titulaires nommés par le Ministère des Affaires Étrangères sur proposition d’une commission scientifique, un chercheur via une convention signée avec le CNRS en 1994, une secrétaire, des allocataires de recherche, des boursiers. Tout le temps de sa présence à Göttingen, la MHFA a bénéficié des infrastructures et des locaux de l’Institut Max-Planck et a reçu en legs la bibliothèque privée de son fondateur Robert Mandrou.

La fermeture de l’Institut Max-Planck d’Histoire en 2008, le déploiement de l’activité du Centre Marc Bloch depuis 1992, la recomposition accélérée du paysage universitaire et scientifique de part et d’autre du Rhin depuis une dizaine d’années ont conduit à repenser le périmètre et les priorités d’action du centre.

En 2009 : l’Institut Français d’Histoire en Allemagne (IFHA)

Depuis le 1er septembre 2009, la MHFA s’est installée à Francfort-sur-le-Main, dans les locaux de l’université, sous le nom d’Institut Français d’Histoire en Allemagne (IFHA), intégré dans les nouvelles structures d’un Institut français d’Allemagne piloté depuis l’ambassade de France à Berlin. Ce déménagement dans une métropole internationale et active, située au cœur de l’Allemagne et de l’Europe, riche de nombreux musées, d’une Foire du Livre (une des plus grandes du monde), d’une Bibliothèque Nationale Allemande et d’une université importante ainsi que d’un Institut Max-Planck d’Histoire européenne du droit qui ont, l’une et l’autre, mobilisé des moyens supplémentaires à la disposition de l’IFHA, permet à ce dernier de poursuivre son activité déployée depuis plus de 35 ans.

Aux activités traditionnelles relevant de ses missions scientifiques, l’IFHA a recueilli une partie des missions culturelles de l’Institut français de Francfort avec lequel il a fusionné en 2009 : débats d’idées, conférences, films, expositions, le plus souvent à l’interface entre dialogue culturel et recherche scientifique.

Depuis 2015, l'Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA/SHS)

A compter du 1er septembre 2015, l'Institut Français d'Histoire en Allemagne a été refondé en un "Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales" (IFRA/SHS) sur la base d'une coopération tripartite signée entre l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), le Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI) et l'université Goethe de Francfort-sur-le-Main (JWGU). Le nouveau nom traduit la bilatéralisation du centre et signale un élargissement disciplinaire à l'ensemble des sciences sociales et humaines qui partagent l'historicité comparée de leurs approches et de leurs objets. L'IFRA/SHS continue à ce titre à développer un programme de recherche et d’animation des échanges scientifiques entre la France et l’Allemagne et un programme culturel destiné au grand public.

Le bilan des activités 

Quelques chiffres marquants cumulés jusqu’en 2019 parlent pour un bilan solide mais aussi prometteur d’avenir :

  • près de 350 manifestations scientifiques,
  • plus de 150 conférenciers invités,
  • 100 ouvrages publiés ou co-édités,
  • une soixantaine de publications parues grâce à une subvention,
  • une quarantaine d’enseignants, de chercheurs et d’étudiants de passage chaque année,
  • quelque 450 boursiers de plus ou moins longue durée accueillis entre 1984 et 2002 et 680 autres depuis cette date en seize ans,
  • un Bulletin parvenu à sa 50ème livraison en 2014 et devenu Revue en 2009, passé de 10 pages en 1980 à 500 en 2014, tiré à 850 exemplaires, et qui a rendu compte de près de 2500 livres d’histoire allemands jusqu’en 2014. Ces recensions sont disponibles en ligne sur le portail Revues.org. Depuis 2015, la publication de la Revue a dû être suspendue. La banque de données de la Librairie allemande reste cependant active et peut être consultée à tout moment en ligne.

Pour aller plus loin : 

Pierre Monnet, « La Mission Historique Française en Allemagne : 30 ans d’échanges scientifiques entre la France et l’Allemagne en histoire », dans : Corinne Defrance, Ulrich Pfeil (dir.), Kulturelle und wissenschaftliche Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich im 20. Jahrhunder: Ein institutionengeschichtlicher Ansatz, Thorbecke, Ostfildern, 2006, p. 113-135. 

Pierre Monnet, « La Mission Historique Française en Allemagne/L’Institut français d’histoire en Allemagne », dans : Nicole Colin, Corine Defrance, Ulrich Pfeil et Joachim Umlauf (dir.), Lexique des relations culturelles franco-allemandes depuis 1945, Tübingen, Narr Verlag, 2013. 

Pierre Monnet, « 35 ans de mobilité scientifique vers l’Allemagne à la MHFA et à l’IFHA », dans : Revue de l’IFHA, 4, 2012, p. 104-109.